La surface en question

Pour cette exposition, Grande Surface a donné carte blanche à Rébecca Konforti et Romain Ruiz-Pacouret, qui ont à leur tour invité Emmanuel Simon. Leur collaboration a donné lieu à une installation in situ.

Comment construire une surface, que ce soit à travers des gestes picturaux ou des gestes artistiques ?

De quelle manière celle-ci s’affranchit des limites du cadre pour reconfigurer l’espace ?

Par quel biais la surface passe de la planéité à la profondeur ?

Comment l’ajout de différents supports, contenant eux-mêmes plusieurs plans, démultiplie les dimensions de la surface globale ?

Autant de problématiques auxquelles nous répondons de manière parfois très différentes, en troublant l’appréhension de l’espace et le statut des œuvres ?

Texte écrit conjointement entre Rébecca Konforti, Romain Ruiz-Pacouret et Emmanuel Simon

2 insta.jpg
3 insta.jpg

Vue d’ensemble du rez de chaussée de l'exposition La surface en question , Grande Surface, Bruxelles, 2018

Romain Ruiz-Pacouret //  White shadow #Grande surface  //  300 x 510 cm //  peinture aérosol // 2018.

Romain Ruiz-Pacouret //  STGS#2 //  57 x 40 cm // acrylique sur bois // 2018.

Rébecca Konforti //  Construction de surface // 70 x 50 cm //  Acrylique sur toile // 2018.

Rébecca Konforti //  Espace dans l’espace //  110 x 80 cm // Acrylique sur toile // 2018.

11 insta.jpg
5.jpg
12 insta.jpg

Construction de surface //

70 x 50 cm //  Acrylique sur toile // 2018.

Installé sur 

 White shadow #Grande surface //  Romain Ruiz-Pacouret //

  300 x 510 cm //  peinture aérosol // 2018 .

20180424_170715.jpg
20180428_152807.jpg
20180424_170726.jpg
20180424_170735.jpg

Espace dans l’espace //

110 x 80 cm // acrylique sur toile  // 2018.

1  insta.jpg

Vue d’ensemble du rez de chaussée de l'exposition La surface en question , Grande Surface, Bruxelles, 2018

Emmanuel Simon  //  La surface en question //  310 x 400 cm //  peinture mural à l’aquarelle // 2018.

Rébecca Konforti //  Série des 100 //  24 x 21 cm  //  acrylique et gouache sur papier // 2018.

Romain Ruiz-Pacouret //  STGS#1 //  57 x 40 cm //  acrylique sur bois //  2018.

7 insta.jpg
9 insta.jpg
8 insta.jpg

 Série des 100 //

24 x 21 cm  // Acrylique et gouache sur papier // 2018.

Installé sur

 La surface en question // d'Emmanuel Simon //

 310 x 400 cm //  Peinture mural à l’aquarelle //  2018 .

La Tour de la rue Théodore Verhaegen, 188, Saint Gilles, Bruxelles

La Tour de la rue Théodore Verhaegen, 188, Saint-Gilles, Bruxelles est une mise en situation de l’idée de la tour d’Umbrea Mundi décrite dans le Bureau Des Mondes. Cette installation de peinture murale feint de creuser les murs de l’espace d’exposition afin d’en restructurer les  volumes intérieurs et extérieurs. L’espace intérieur est construit pour accueillir d'autres œuvres d’art tandis que l’espace extérieur, prend ici la forme d’une surface picturale.

L’espace d’exposition devient momentanément une des salles du Bureau Des Mondes et donc par extension, une construction de l’esprit. La peinture devient outil de  construction et permet d’agir sur son cadre pour mieux le façonner.

4 insta.jpg
7.jpg
5 insta.jpg
8.jpg
10.jpg

La Tour de la rue Théodore Verhaegen, 188, Saint Gilles, Bruxelles //  

Peinture murale à l’acrylique // Dimensions variables à échelle 1 // Vue de l'exposition La surface en question avec la participation de Romain Ruiz-Pacouret et Emmanuel Simon.

Installé avec

STGS#4 // Romain Ruiz-Pacouret // 57 x 40 cm// Acrylique sur bois // 2018.

STGS#3 // Romain Ruiz-Pacouret // 57 x 40 cm// Acrylique sur bois // 2018.

11.jpg
20180424_171738.jpg
Capture.JPG

Le Bureau Des Mondes, Prologue //

Vidéoprojection Noir et blanc , Montage de Damien Cassia //  5'18'' // Vue de l’installation , Grande surface, Bruxelles  // 2018 .