Vers l’ailleurs, la tour d’Umbrea

Le contexte de cette intervention est celui de Cerbère, une ville frontalière qui accueillit de nombreux exilés espagnols fuyant le régime de Franco en passant la frontière au travers des montagnes.

En peignant des passages sinueux sur différents murs de ce bloc d’habitations de la Cité de la douane - originellement lieux d’habitation des douaniers et de leurs familles - je crée symboliquement des brèches dans la frontière entre la France et l’Espagne, entre intérieurs et l’extérieur, entre le domicile et l’étranger.

Le geste pictural et la couleur se déploient dans des formes géométriques simples et épurées pour révéler la présence d’un ailleurs, d’un au-delà possible.

Le titre de cette installation fait écho au Bureau Des Mondes, un texte dans lequel je décris une tour, sorte de gare de passages interdimensionnels, qui permettrait de rejoindre tous les espaces possibles et inimaginables. La peinture devient ainsi un symbole d’ouverture et de libre passage.

Vers l’ailleurs, la tour d’Umbrea //

Peinture murale à l’acrylique // Dimensions variables // Vue de l’installation dans l'espace public pour la  Manifestation d’Art Public # 6, dans le cadre du projet

Art partout - Art pertot, Cerbère, France // 2017 .